Critique de "La collaboration Staline-Hitler" de Jean-Jacqus Marie

Grover Furr (D&tacute;cembre 2021)

Introduction

Le 19 décembre 2021, Jean-Jacques Marie a envoyé par courriel un essai à une liste de personnes, dont moi. Marie est un spécialiste de l'histoire soviétique, " considéré comme l'un des meilleurs spécialistes français de la Russie et de sa période soviétique. " (critique de Gaidz Minassian, Le Monde 18 mars 2016). La même revue le qualifie de " trotskiste militant ". "

Le 29 décembre 2021, le professeur Marie a écrit à la même liste de courriel

Aucun de vous n'a répondu sur les faits cités dans mes modestes 22 mois de "collaboration" (mot choisi par Staline en personne) Staline-Hitler ... pas un mot

Marie s'attendait-il vraiment à ce que les destinataires de son e-mail lui répondent ? C'est injuste. Seul un autre spécialiste de l'histoire soviétique pourrait le faire, car une réponse nécessiterait la connaissance de la langue russe, ainsi qu'une familiarité avec les sources primaires dont disposent les historiens de l'URSS.

Je possède ces compétences. Dans cet essai, j'ai donc entrepris de répondre aux affirmations factuelles de Marie sur Staline et l'URSS.

Je ne suis pas "staliniste"

Marie m'a traité de "stalinien" - ce qui signifie qu'il suppose que je suis un partisan de Staline dans le même sens que Marie est un défenseur de Trotsky. Mais il se trompe complètement. Mon objectif est de découvrir la vérité. Comme tout scientifique, je m'efforce de pratiquer l'objectivité historique.

Je n'ai jamais "défendu" ou "excusé" Staline. Je ne le fais pas dans cet essai. Si Staline a commis des crimes, je veux savoir ce qu'ils étaient ! De même, si Staline n'était pas coupable des crimes dont Marie ou d'autres l'accusent, je veux le savoir aussi.

À cet égard, je suis très différent de Marie, qui ne prétend pas à l'objectivité ni à l'aspiration à la vérité. Et parce qu'il ne cherche pas à découvrir la vérité, Marie ne la trouve pas. Bien sûr ! Comment le pourrait-il ?

J'identifierai les déclarations de Marie par les pages sur lesquelles elles apparaissent dans la version de son essai qu'il a envoyée par courriel à d'autres personnes et à moi-même le 19 décembre 2021. Si quelqu'un souhaite obtenir une copie du texte intégral de cet essai, je serai heureux de la lui faire parvenir.

p. 1 :

Quelques nostalgiques des grandioses réalisations de Staline (le goulag, la peine de mort pour les petits larcins et pour les enfants de plus de douze ans, l'interdiction de l'avortement, les procès truqués , les purges à répétition, les déportations de peuples entiers, la traque des " cosmopolites "...etc)

Toutes ces questions méritent d'être examinées. Pourtant, le professeur Marie ne les aborde pas ici. Peut-être veut-il que nous les prenions pour acquis, sans preuve ni discussion ? Je vais donc y répondre brièvement.

* L'accusation de "la peine de mort pour les petits larcins et pour les enfants de plus de douze ans". Je n'ai vu cette question discutée qu'à propos (a) de la loi du 7 avril 1935 ; et (b) des exécutions par le chef du NKVD, Nikolai Iéjov, en 1937-1938.

* Du premier Peter Solomon, l'expert américain en droit soviétique, a écrit qu'il n'y a pas d'exemples connus d'exécutions d'enfants de moins de 16 ans. (Solomon, Soviet Criminal Justice under Stalin, traduction russe, p. 196).

* Pour la seconde, il existe des preuves que certains enfants de moins de 16 ans ont été exécutés par les hommes de Iéjov en 1937 et 1938. Cependant, toutes les exécutions de Iéjov étaient illégales, faisant partie de la propre conspiration de Iéjov contre Staline et le gouvernement soviétique. Je discute de la conspiration de Iéjov, avec des références complètes aux preuves, dans mon livre Iéjov contre Staline, La vérité sur les répressions de masse en URSS baptisées "la Grande Terreur" Paris : Ed. Delga, 2018.

Par conséquent - à moins qu'il n'ait des preuves que je ne connais pas (et il ne cite aucune preuve) - la déclaration de Marie est fausse.

En ce qui concerne les autres sujets mentionnés par Marie ci-dessus, voici quelques brèves remarques :

* Les camps de travail (appelés GOULAG) faisaient partie du système pénal soviétique. Marie semble supposer que la simple existence des camps de travail était en quelque sorte immorale.

Mais chaque pays a un système pénal. Les seules questions pertinentes sont : (1) Les personnes condamnées aux camps de travail étaient-elles réellement coupables d'un crime ? (b) quelles étaient les conditions de vie dans les camps de travail ? Marie n'aborde pas ces questions.

* "l'interdiction de l'avortement" : La pratique de la médecine soviétique et des médecins soviétiques se conformait généralement à celle des pays capitalistes occidentaux. A la même époque, l'avortement était illégal aux Etats-Unis et en Europe occidentale.

L'interdiction de l'avortement en 1936 visait à encourager les naissances après les catastrophes démographiques de la guerre civile et des quatre famines des années 1920, plus la très grave famine de 1932-33. Contrairement aux pays capitalistes, la loi soviétique s'est accompagnée d'un soutien accru aux mères et aux enfants.

* "les procès truqués. "C'est faux. Il n'y a pas maintenant, et il n'y a jamais eu, de preuve que les procès de Moscou étaient malhonnêtes - mis en scène ou fabriqués. Au contraire : nous avons de nombreuses preuves qu'ils étaient honnêtes, et que les accusés étaient coupables au moins des crimes qu'ils ont avoués. [1]

* "les purges à répétition". "Marie confond les "purges" du Parti, les tchistka, qui étaient des examens de l'appartenance au Parti afin d'éliminer les membres passifs ou corrompus, et l'exécution massive et illégale par Nikolaï Iéjov et ses hommes connue en russe sous le nom de "Iejovchtchina". Cette erreur élémentaire est surprenante de la part d'un spécialiste de l'histoire soviétique comme Marie.

* "les déportations de peuples entiers". "Les Tatars de Crimée et les Tchétchènes ont été déportés pendant la Seconde Guerre mondiale pour collaboration massive avec l'ennemi allemand. Ne pas déporter l'ensemble de la population aurait mis en danger l'existence de ces petits groupes ethniquement uniques - en d'autres termes, c'eût été un génocide.

J'ai discuté des erreurs similaires de Marie concernant les "purges" et les déportations dans ses récentes critiques de deux de mes livres. [2]

* " la traque des " cosmopolites ". " La campagne anti-cosmopolite de la critique culturelle est souvent qualifiée à tort d'antisémite. En fait, les écrivains juifs étaient parmi ceux qui critiquaient les œuvres qu'ils considéraient comme manquant de patriotisme soviétique (ce que signifiait "cosmopolite"). Les deux écrivains les plus célèbres critiqués pour leur "cosmopolitisme", Anna Akhmatova et Mikhaïl Zochtchenko, n'étaient pas juifs.

Benjamin Pinkus, professeur d'histoire juive à l'université Ben-Gourion en Israël, affirme que : ..... " Il est important de souligner que dans ces attaques [la campagne contre le cosmopolitisme], il n'y avait aucune tonalité anti-juive, que ce soit explicitement ou implicitement. " [3]

Mais cette campagne était-elle un moyen efficace d'encourager les écrivains soviétiques à adopter une meilleure ligne politique dans leurs œuvres ? Je ne le sais pas, car je ne l'ai pas étudiée.

p. 4 n. 4 : - Il s'agit d'une citation des mémoires de l'interprète V. Berejkov, puisque Marie ne fait que noter l'affirmation de Berejkov selon laquelle Staline a bu à la santé d'Hitler lors de la signature du pacte de non-agression. Mais qu'en est-il si c'est le cas ? Est-il mal pour un communiste de mentir en privé à un fasciste ?

Cependant, les mémoires de Berejkov ont été qualifiés de peu fiables.

Историк Александр Филипов проанализиров ряд эпизодов, описаные в книге Бережкова, сверив их с журналом посещений И. Сталина мемуарной литературой. Он пришёл к выводу, что Бережков даже не присутствовал на встречах, которые описывал, а в ряде случаев пересказывал "байки 1970-х годов"[6]. Филиппов дал следующую оценку :

Манера изложения В. М. Бережкова смешивает сведения из документов, его личные наблюдения, более поздние (зачастую недостоверные) сведения из вторых и третьих рук и современные (на момент написания) суждения автора.

L'historien Alexandre Filippov a analysé un certain nombre d'épisodes décrits dans le livre de Berejkov, en les comparant avec le journal des visites de Staline et ses mémoires. Il est parvenu à la conclusion que Berejkov n'était même pas présent aux réunions qu'il décrites et que, dans certains cas, il a répété les "histoires des années 1970". Filippov a donné l'évaluation suivante :

La manière de présenter VM Berejkov mélange des informations tirées de documents, ses observations personnelles, des informations ultérieures (souvent inexactes) de deuxième et troisième main, et le jugement contemporain (au moment de la rédaction) de l'auteur.

- https://ru.wikipedia.org/wiki/Бережков,_Валентин_Михайлович#Критика

Marie semble croire - bien qu'il ne le dise jamais clairement - que l'URSS a eu tort de signer le Pacte de non-agression (également appelé Pacte Molotov-Ribbentrop [4]), y compris ses clauses secrètes, avec l'Allemagne nazie. En réalité, les Soviétiques n'avaient pas le choix - les Alliés impérialistes avaient rejeté la sécurité collective contre l'Allemagne nazie.

En outre, les 300 km de distance supplémentaire entre la Wehrmacht et la frontière soviétique d'avant 1939 gagnés par le pacte ont permis d'éviter l'occupation de Moscou par les armées allemandes en 1941.

p. 4 : "les nouveaux alliés"

Le pacte de non-agression (également connu sous le nom de pacte Molotov-Ribbentrop) est souvent qualifié d'"alliance" par les anticommunistes et les trotskistes. Mais c'est faux. L'URSS n'a jamais eu d'"alliance" avec l'Allemagne nazie.

Marie ne mentionne jamais la ligne Curzon [5], ni la conquête polonaise de l'Ukraine occidentale et de la Biélorussie occidentale sur la Russie soviétique en 1921.

Il omet d'informer ses lecteurs que, dès lors que le gouvernement polonais s'est réfugié en Roumanie le 17 septembre 1939, sans désigner de gouvernement en exil, la Pologne n'était plus un État au regard du droit international. [6]

Marie n'informe jamais ses lecteurs sur le principe de "rebus sic stantibus" en droit international. [7]

Un point de confusion fréquent est que, le 28 septembre 1938, l'URSS avait informé le gouvernement polonais que leur pacte de non-agression, signé en 1932, serait nul et non avenu si la Pologne collaborait avec les nazis au démembrement de la Tchécoslovaquie, comme elle le fit en octobre 1938. Mais là n'est pas la question, puisque le 27 novembre 1938, l'agence TASS rapporte que le pacte restait en vigueur.[8] La véritable raison pour laquelle l'incursion soviétique n'a violé aucun traité avec la Pologne est que la Pologne en tant qu'État n'existait plus le 17 septembre 1939.

Marie ne mentionne pas non plus que les Soviétiques ont immédiatement confisqué les terres des propriétaires terriens et ont dépossédé et déporté l'infrastructure impérialiste polonaise (osadnicy).

p. 4-5 :

Elle prend le contrôle de territoires où vivent en majorité des populations biélorusses et ukrainiennes, maltraitées par la camarilla ultranationaliste et ultraréactionnaire qui dirige laPologne et qui accueillent souvent d'abord l'armée rouge avec une sympathie marquée, que les rafles, les arrestations et les déportations effectuées par le NKVD effaceront vite.

Marie ne donne aucune preuve de cette affirmation.

p. 5

Molotov[9] a appelé la Pologne "... cet enfant monstrueux du traité de Versailles. "

Du point de vue de l'URSS, la Pologne pouvait en effet être considérée comme un "monstre" dans la mesure où, armée et encouragée par les Alliés, elle avait lancé une agression impérialiste contre la Russie soviétique dès sa création, prenant par la force l'Ukraine occidentale et la Biélorussie occidentale à une Russie soviétique épuisée.

En outre, pendant sa guerre avec la Russie soviétique, la Pologne a tué environ 60 000 prisonniers de guerre russes.[10] C'est beaucoup plus que ceux qui ont été tués dans le massacre de Katyn - que, en réalité, l'Union soviétique n'a pas commis de toute façon (voir mon livre L'Enigme du massacre de Katyn. Les preuves, la solution. Paris : Ed. Delga, 2019).

p. 5 :

" Molotov évoque donc bien une coopération qui a débouché sur la liquidation de l'Etat polonais. "

C'est faux. Comme je l'ai expliqué ci-dessus, c'est la désertion par le gouvernement polonais de son propre pays et de son propre peuple qui a provoqué l'effondrement de l'État polonais.

Selon le général Franz Halder, Hitler restait disposé à négocier la paix avec la Pologne tant qu'il y avait un État polonais avec lequel négocier. Le 12 septembre encore, Hitler déclarait qu'il serait satisfait de la Haute-Silésie orientale et d'un corridor de Danzig ! [11] Cela aurait laissé la majeure partie de la Pologne intacte et, à l'est, dans la sphère d'influence soviétique. Un tel État aurait été hostile à l'Allemagne et plus enclin à une alliance avec l'URSS, le Royaume-Uni et la France - que la Pologne avait rejetée en août.

Mais le gouvernement polonais a abandonné son État. Aux yeux des Allemands, cela annulait le codicille secret du pacte Molotov-Ribbentrop, qui était un accord sur l'État polonais - et il n'y avait plus d'État polonais.

Pour un article de 1957 du professeur américain de droit international George Ginsburgs qui conclut que la position soviétique selon laquelle la Pologne était une terra nullius, voir mon article "Réponse aux critiques de deux de mes livres par Jean-Jacques Marie dans Historical Materialism" ..

Pour une discussion détaillée de l'ensemble de la question, voir mon essai "L'Union soviétique a-t-elle envahi la Pologne en septembre 1939 ?". [12]

Marie, p. 6-7 :

Le soir du 28 et du 29 septembre une réception cordiale est organisée au Kremlin. Les membres du Bureau politique du parti communiste y sont bien sûr invités.... sauf un, Lazare Kaganovitch, qui n'évoque pas ce petit fait dans ses mémoires mornes. Staline ne veut pas heurter la sensibilité des nazis en leur imposant la présence d'un juif. Exit donc le pauvre Lazare. On ne saurait être plus délicat dans le souci d'une collaboration efficace.

Cela semble être faux. Alexander Werth, Russia At War, chapitre 3, affirme que Kaganovitch était effectivement présent :

Le jour suivant [28 septembre - GF], Ribbentrop effectue sa deuxième visite à Moscou. Le 29 septembre, la Pravda publie une grande photo en première page montrant Molotov signant l'accord d'amitié germano-soviétique et sur la frontière entre l'URSS et l'Allemagne ; derrière lui se tiennent Ribbentrop, Staline, Pavlov (l'interprète) et Gaus. Le document parle également du dîner donné par Molotov en l'honneur de Ribbentrop. Parmi les personnes présentes se trouvaient Forster, Gaus, Schnurre et Kordt du parti de Ribbentrop, Schulenburg et Tippelskirch de l'ambassade d'Allemagne, ainsi que Staline, Voroshilov, Kaganovich, Mikoyan, Beria, Bulganin et Voznesensky.

Marie, p. 8-9 :

Staline livre des communistes allemands à Hitler

Cette histoire, souvent répétée par les anticommunistes et les trotskistes, est fausse. Voir mon article "Staline n'a pas déporté les communistes allemands vers Hitler. " [13]

Marie, p. 10 : Concernant la guerre soviétique contre la Finlande,

Désireux de repousser d'une trentaine de kilomètres la frontière au nord de Leningrad, avec la petite Finlande, qui rechigne, il fabrique de toutes pièces, un incident de frontière puis attaque le 1er décembre 1939, la Finlande ...

Quelles sont les preuves apportées par Marie concernant le fait que ce sont les Soviétiques qui ont fabriqué un incident afin de déclencher la guerre ? Ce genre de chose est généralement difficile à établir, car chaque partie accusera l'autre.

L'estimation de Marie du nombre total de victimes de l'Armée rouge dans cette guerre concorde avec l'étude russe faisant autorité Rossiia i SSSR v voinakh XX veka. Poteri vooruzhennykh sil.  M : Olma-Press, 2001. Quelles que soient les pertes réelles des Finlandais, celles de l'Armée rouge étaient certainement beaucoup plus élevées. Les raisons ne sont pas difficiles à comprendre : l'Armée rouge attaquait des défenses fortement fortifiées et la plupart des troupes de l'Armée rouge n'étaient pas entraînées à la guerre d'hiver.

Finalement, l'Armée rouge a surmonté ces désavantages. La victoire soviétique dans cette guerre a repoussé la frontière avec la Finlande et a ainsi sauvé Leningrad de l'occupation allemande et de la destruction totale.

Cependant, l'armée finlandaise a empêché les civils de Leningrad de fuir le siège vers le nord. En ce sens, la Finlande est aussi responsable que l'Allemagne nazie de la mort de plus d'un million de civils soviétiques pendant le siège.

Il est intéressant de noter que Marie omet d'informer le lecteur que le gouvernement finlandais a discuté de la possibilité d'inviter Léon Trotsky à diriger un gouvernement soviétique en exil. [14]

Marie, p. 11 :

  Le 25 décembre 1936, l'Allemagne nazie et le Japon impérial ont signé un pacte antiComintern auquel l'Italie de Mussolini s'associera l'année suivante puis l'Espagne franquiste en 1939 .L'une des premières conclusions pratiques que Staline tire de la signature du pacte de non-agression est la nécessité pour lui de soumettre l'Internationale communiste( ou plus exactement le fantôme qui porte encore et pour peu de temps ce nom)aux besoins de la collaboration avec Hitler. Ainsi au début de septembre ,Wilhelm Pieck, dirigeant du PC allemand et membre du Bureau politique du PC allemand soumet à Manouilski, membre du secrétariat du Comintern un projet de tract à diffuser en Allemagne, en Tchécoslovaquie et en Autriche. Si le tract vitupère les impérialistes anglo-français, il dénonce aussi " le grand capital financier allemand " et ,pire encore, invite les travailleurs allemands à " libérer l'Allemagne du fascisme hitlérien et de la domination du capital financier par la révolution socialiste" et salue enfin " l'unité fraternelle des peuples dans la lutte contre le fascisme et l'impérialisme. "

Sur les instructions de Jdanov, porte-parole de Staline, le secrétariat du Comintern tente d'abord de corriger toutes ces maladresses susceptibles d'irriter Hitler. Il efface les gros mots de " fascisme " et d'" hitlérisme " mais laisse subsister la dénonciation du " grand capital allemand. " . C'est encore trop pour Staline ,qui sermonne le Secrétariat du Comintern. Ce dernier ,mis au pas, interdit la diffusion du tract maudit dans les trois pays concernés et l'envoie aux archives. Ce n'est là qu'un début, encore modeste.

Marie cite le volume Komintern i vtoraia mirovaia voina I, 127-131. Les modifications apportées au document sont indiquées à la page 131. Cette page cite également, de manière incorrecte, un article de F. Firsov [15]

L'article de Firsov ne contient aucune preuve que Staline ait dit à Dimitrov de ne pas faire circuler la déclaration du Comintern dans les trois pays. En fait, le Comité exécutif de l'Internationale communiste (ECCI), dirigé par Dimitrov, n'a pas interdit la diffusion de la déclaration. Comme cité par Firsov, il a dit ceci :

... 5 декабря Секретариат ИККИ направил партим новое указание : "Совместное заявление компартий Германии, Чехословаки и Австрии лучше не публиковать. Если уже опубликовано, то не особенно популяризировать" (22-23)

... Le 5 décembre, le secrétariat de l'ECCI envoie une nouvelle instruction aux partis : "Il est préférable de ne pas publier la déclaration commune des partis communistes d'Allemagne, de Tchécoslovaquie et d'Autriche. Si elle a déjà été publiée, il ne faut pas particulièrement la populariser" (22-23).

p. 12 :

... Schnurre ajoute : " L'Union soviétique nous propose " ( ce n'est donc pas une réponse à une demande des nazis mais une avance du Kremlin lui-même ) le droit de transit vers et en provenance de Roumanie, l'Iran, l'Afghanistan et les pays d'extrême-orient ". 

La clause en caractères gras, ajoutée par Marie, n'est pas exacte. Voici l'original :

Основываясь на переписке от 28 сентября, Советский Союз предоставляет нам право транзита в и из Румынии, Ирана, Афганистана и стран Дальнего Востока,… (23/105)

Sur la base de la correspondance du 28 septembre, l'Union soviétique nous accorde le droit de transit à destination et en provenance de la Roumanie, de l'Iran, de l'Afghanistan et des pays d'Extrême-Orient.... (23/105)

Le verbe ici est predostavliaet - offrir ou accorder. Il n'implique pas "proposer", comme le prétend Marie.

Il existe des preuves que les Allemands ont trouvé que les Soviétiques, et Staline en particulier, étaient des négociateurs coriaces lors de ces mêmes négociations. Dans un mémorandum du 26 février 1940 (Doc. 19) Schnurre écrit :

Наиболее сложный пункт переписки от 28 сентября 1939 г., а именно то, что поставки советского сырья должны компенсироваться поставками германских промышленных товаров в течение более длительного периода времени, урегулирован, таким образом, в соответствии с нашими желаниями. Это стало возможным лишь после упорной борьбы. Только личное послание Имперского Министра иностранных дел Сталину привело к окончательному урегулированию вопроса. Соглашение о 18 и 27 месяцах представляет собой компромиссное решение, поскольку в установленные периоды времени, а именно каждые 6 месяцев, взаимные поставки товаров должны балансироваться на основании точно определенных коэффициентов. Если этот баланс нарушается, т.е. если германские постав¬ки, например, не поспевают за коэффициентом советских поставок, зафиксированных Соглашением, другая сторона имеет право временно приостановить свои поставки до того момента, пока не будут восстановлены эти точные пропорции. Это условие довольно досадно, но мы не можем его устранить, поскольку во время заключительных бесед его обговорил сам Сталин. (Doc. 19, 22/105)

Le point le plus difficile de la correspondance du 28 septembre 1939, à savoir que la fourniture de matières premières soviétiques doit être compensée par la fourniture de produits manufacturés allemands pendant une période plus longue, est ainsi réglé conformément à nos souhaits. Cela n'a été possible qu'après une lutte acharnée. Seul un message personnel du ministre impérial des Affaires étrangères à Staline a permis de régler définitivement la question. L'accord de 18 et 27 mois est une solution de compromis, car dans les périodes de temps spécifiées, à savoir tous les 6 mois, les livraisons mutuelles de marchandises doivent être équilibrées sur la base de coefficients bien définis. Si cet équilibre est rompu, c'est-à-dire si les livraisons allemandes, par exemple, ne suivent pas le rapport des livraisons soviétiques fixé par l'accord, l'autre partie a le droit de suspendre temporairement ses livraisons jusqu'à ce que ces proportions exactes soient rétablies. Cette condition est plutôt ennuyeuse, mais nous ne pouvons pas l'éliminer, car au cours des dernières conversations, elle a été discutée par Staline lui-même. (Doc. 19, 22/105)

p. 15 :

Molotov demande à voir l'ambassadeur allemand à Moscou ,Schulenburg, et lui déclare que l'URSS considère la Bulgarie et les Détroits comme " une zone de sécurité de l'URSS " et dénonce " l'apparition de n'importe quelles troupes étrangères " dans ces zones comme " une violation des intérêts de l'URSS. " .

   Mais lorsque la Wehrmacht entre en Bulgarie le 1er mars le communiqué de l'agence Tass publié par la Pravda du 3 mars 1941 se contente d'une information laconique : " Le bureau allemand d'information fait savoir de Sofia que les troupes allemandes sont entrées sur le territoire de la Bulgarie avec l'accord du gouvernement bulgare ". On ne saurait être plus discret...

Ces déclarations se trouvent effectivement dans le volume cité par Marie (SSSR-Germaniia, 1939-1941, t. 2, au document 87). Mais ce fonds documentaire n'enregistre pas la réaction du gouvernement soviétique à l'occupation allemande de la Bulgarie. Nous ne savons donc pas ce qu'elle était.

Marie, p. 16 :

Le 9 mars 1941 Jdanov, porte-parole de Staline, discute avec Dimitrov,le secrétaire du Comintern, de la préparation ( si l'on peut dire !) de la journée internationale du 1er mai : " Nous considérons tous deux , note Dimitrov, qu'il n'est pas utile d'intervenir dans la situation actuelle avec un appel pour le 1er mai. " (Pas d'appel de l'Internationale communiste donc pour la journée internationale des travailleurs du monde entier, seulement des directives internes envoyées aux secrétariats des différents partis communistes.

La citation, en français, est tirée de Serge Wolkow, L'internationale communiste, 1919-1943 : le Komintern ou le rêve déchu (2010), p. 137.  Je n'ai pas accès à ce livre.

Mais le texte de Marie laisse entendre qu'aucun "appel au 1er mai" n'a été lancé. Ce n'est pas le cas. Une longue directive, qui contient un appel, aux "partis communistes des pays capitalistes" a en fait été publiée par le Comintern et signée par Dimitrov, Ercoli (Togliatti), Gottwald et Dolores [Ibarruri].

Il comprend un certain nombre de points militaires, en particulier la directive pour tous les partis communistes " de s'efforcer d'obtenir un arrêt de travail le 1er mai " et " d'étendre notre agitation aux soldats au front et à l'arrière ". "(Dimitrov et Staline 1934-1943. Lettres des archives soviétiques. Ed. Alexander Dallin et F.I. Firsov. Yale University Press, 2000, pp. 185-87. En anglais)

Marie, p. 16 :

Onze jours plus tard ,le 20 avril au soir, Staline discute avec les membres du bureau politique et Dimitrov. Il leur explique la nécessite ,à ses yeux, de dissoudre le Comintern : " Ne vous attachez pas, leur dit-il,à ce qu'il y avait hier. Prenez strictement en compte la situation qui est en train de se créer.(...) Du point de vue de l'intérêt pour les institutions du Comintern, raille-t-il, ce n'est peut-être pas agréable, mais ce ne sont pas ces intérêts qui décident " et il conclut : " La question de l'existence du Comintern à court terme, des nouvelles formes de liens internationaux et de l'activité internationale dans les conditions d'une guerre mondiale sont posées de manière forte et claire " Une réunion du secrétariat du Comintern avec Jdanov le 12 mai est entièrement consacrée à la préparation de la cette dissolution, dont les présents soulignent qu'elle ne doit pas " faire naître une impression d'enterrement et de désorientation "

Mais le texte complet des remarques de Staline, tel qu'il a été enregistré par Dimitrov, montre clairement que Staline voulait encourager les partis communistes à poursuivre leur travail sans toujours regarder vers l'Union soviétique, et à rétablir "leur organisation internationale" une fois qu'ils seraient devenus plus forts.

J. V. [Staline] a dit : " D[imitrov] a des partis qui quittent le Comintern (allusion au parti amér[icain]). Et il n'y a rien de mal à cela. Au contraire, les partis communistes devraient devenir indépendants, au lieu d'être des sections de l'IC. Ils devraient se transformer en partis com[munistes] nationaux portant des noms divers - Parti des travailleurs, Parti marxiste, etc. Le nom n'a pas d'importance. Le nom n'a pas d'importance. Ce qui compte, c'est qu'ils s'enracinent dans leurs propres peuples et se concentrent sur leurs propres tâches. Ils doivent avoir un programme com[muniste] ; ils doivent procéder sur la base d'une analyse marxiste, mais sans regarder par-dessus leur épaule à Moscou ; ils doivent résoudre de manière indépendante les problèmes concrets auxquels ils sont confrontés dans le pays donné. Et la situation et les problèmes dans les différents pays sont tout à fait différents. En Angleterre, il y en a certains, en Allemagne, il y en a d'autres, et ainsi de suite.

Staline conclut :

Une fois que les partis com[munistes] seront devenus plus forts de cette manière, alors rétablissez leur organisation internationale.

Il est instructif de lire les deux messages codés envoyés secrètement par le Comintern au CPUSA en septembre et octobre 1939, après le début de la guerre.[16] Ces déclarations confirment une position marxiste tranchée sur la guerre, une hostilité continue à l'égard de l'Allemagne nazie, et la nécessité d'une action indépendante du CPUSA.

Marie, p. 18

Le 26 mai Staline informe les généraux Joukov et Timochenko que l'ambassadeur allemand Schulenburg a demandé au gouvernement soviétique d'autoriser plusieurs groupes d'enquêteurs allemands à rechercher dans les secteurs frontaliers les tombes des soldats allemands inhumés lors de la première guerre mondiale. Ce souci d'honorer les morts ne trouble guère Staline qui donne son accord en exigeant simplement que ces recherches soient limitées aux lieux mêmes de sépulture ce que les passionnés de la mémoire acceptent sans rechigner. Les deux gradés soviétiques, stupéfaits,n'osent pas protester. 25

Dans la note 25, Marie déclare :

Izvestia TsK KPSS,1995,n°2,pp 4-22 et G Joukov,Vospominania i razmychlenia t 1,p 346-347. La défense de Staline exige trucages et falsifications de tous ordres ,repris par les dévoués ministres de son culte, lors de la publication des Mémoires de Joukov sous Brejnev ...les deux pages où Joukov évoque cet épisode ont été supprimées sans que le lecteur en soit bien entendu averti.

La citation de Marie "Izvestia TsK KPSS, 1995, n°2, pp 4-22" est incorrecte. Cette revue n'a été publiée que de 1989 à 1991.

Le passage est effectivement présent dans l'édition des mémoires de Joukov datant de l'ère Khrouchtchev. Mais le fait qu'il ne se trouve pas dans l'édition de l'ère Brejnev ne signifie pas que l'histoire est vraie. Il est au moins aussi probable que la version de l'époque de Khrouchtchev contenait des passages anti-Staline qui ont été supprimés après le renvoi de Khrouchtchev. Le fait que le passage ait été réinséré dans l'édition post-Gorbatchev ne signifie pas non plus qu'il soit authentique. Il pourrait s'agir de ce que Joukov a réellement écrit, ou encore du résultat de la campagne anti-Staline de Khrouchtchev, au cours de laquelle lui et ses hommes ont publié un nombre énorme de mensonges sur Staline. [17]Nous n'en savons rien.

Joukov n'a pas reproché à Staline de faire des erreurs. Quelques pages plus loin dans ses mémoires, Joukov ajoute les remarques suivantes :

“В этих ошибках и просчетах чаще всего обвиняют И. В. Сталина. Конечно, ошибки у И. В. Сталина, безусловно, были, но их причины нельзя рассматривать изолированно от объективных исторических процессов и явлений, от всего комплекса экономических, политических и военных факторов.

Нет ничего проще, чем, когда уже известны все последствия, возвращаться к началу событий и давать различного рода оценки. И нет ничего сложнее, чем разобраться во всей совокупности вопросов, во всем противоборстве сил, противопоставлении множества мнений, сведений и фактов непосредственно в данный исторический момент.”

"J. V. Staline est le plus souvent rendu responsable de ces erreurs et mauvais calculs. Bien sûr, J. V. Staline a certainement commis des erreurs, mais les raisons de celles-ci ne peuvent être considérées indépendamment des processus et phénomènes historiques objectifs, de l'ensemble des facteurs économiques, politiques et militaires.

Il n'y a rien de plus facile que, lorsque toutes les conséquences sont déjà connues, de revenir au début des événements et de donner des évaluations de toutes sortes. Et il n'y a rien de plus difficile que de comprendre l'ensemble des enjeux, l'ensemble de la confrontation des forces, l'opposition de nombreuses opinions, informations et faits directement à un moment historique donné."

Maie, p. 19 :

Le 22 juin 1941 à 0h 30 le soldat communiste allemand Alfred Liskov déserte et franchit la frontière soviétique au péril de sa vie pour avertir l'armée rouge que la Wehrmacht va attaquer à 3 heures du matin. Staline, prévenu alors qu'il banquette au Kremlin , ordonne de le fusiller ce " provocateur ". Sitôt dit, sitôt fait. C'est le dernier service rendu à Hitler par Staline pour prolonger l'existence une collaboration agonisante.

C'est faux. Le 27 juin 1941, l'histoire d'Alfred Liskow a fait l'objet d'un article dans la Pravda sous le titre "Histoire d'un soldat allemand". "En 2006, j'ai mis en ligne un facsimilé de cet article:

J'ai également traduit un chapitre concernant Liskow d'un livre de l'historien russe Igor' Pykhalov. Les textes anglais et russes, ainsi que d'autres sources en russe seulement, peuvent être lus ici.

Conclusion

Comment un expert en histoire soviétique comme le professeur Marie peut-il commettre des erreurs aussi graves ? La réponse est que Marie rejette l'objectivité académique pour se battre contre Staline.

Comme le courant académique dominant, pro-capitaliste, Marie impose à l'histoire soviétique ce que j'ai appelé le "Paradigme anti-Staline". "Cette pratique domine l'histoire de l'URSS à l'époque de Staline et tous les anticommunistes et trotskystes y adhèrent.

Comme les cultes religieux, le culte de Trotsky est basé sur la "croyance" - la croyance en Trotsky. Trotsky détestait Staline, donc les trotskystes aussi. Trotsky a menti au sujet de Staline à un point presque incroyable - jusqu'à ce que vous ayez documenté ses mensonges et que vous puissiez constater leur ampleur.[18] En conséquence, les trotskystes choisissent non seulement de "croire" aux mensonges de Trotsky, mais de prouver leur loyauté envers le culte en propageant les mensonges de Trotsky et les mensonges de tous les anticommunistes pro-capitalistes, et en inventant de nouveaux mensonges de leur cru.

La loyauté envers un culte - n'importe quel culte - exclut la possibilité que le sectaire soit capable de découvrir la vérité. Il n'y a pas de "culte" autour de Staline aujourd'hui - du moins pas parmi les historiens de l'Union soviétique. S'il y en avait - et il est très bon qu'il n'y en ait pas - ils ne seraient jamais autorisés à publier dans les revues historiques classiques. Ils ne seraient pas non plus autorisés à devenir professeurs d'histoire soviétique dans les universités traditionnelles.

Mais les trotskystes peuvent publier dans des revues grand public. Le défunt historien trotskyste Pierre Broué a travaillé avec des anticommunistes comme Bernhard Bayerlein, qui lui a écrit une nécrologie très positive. Au Royaume-Uni et aux États-Unis, des trotskystes occupent des postes universitaires où ils enseignent l'histoire russe et soviétique.

Dans le courant dominant de la recherche et dans les médias de masse, il est considéré comme acquis que Staline était coupable de crimes terribles. Pendant de nombreuses années, j'ai cherché des preuves pour étayer ces allégations contre Staline. Je n'ai pas encore trouvé un seul crime allégué contre Staline qui puisse être soutenu par des preuves !

À la lumière du flot continu de documents provenant d'archives soviétiques autrefois secrètes, il est plus vrai aujourd'hui que jamais que ce que l'on nous a enseigné sur l'histoire soviétique - en particulier sur l'ère stalinienne et sur Staline lui-même - est faux, "empoisonné" et doit être réécrit.

Notes

  [1] Voir la discussion détaillée de cette question dans mes livres Les " Amalgames " de Trotsky (2015), en français Les Amalgames de Trotsky (Paris : Eds Delga, 2016). Chapitres 1-12. Voir aussi Les procès de Moscou en tant que preuves (2018. en anglais). [2] "Réponse aux critiques de deux de mes livres par Jean-Jacques Marie dans Historical Materialism". sur https://msuweb.montclair.edu/~furrg/research/reponse_marie_hm1221.html  [3] The Jews of the Soviet Union: The History of a National Minority . Cambridge University Press, 1989, p 152. [4] Seuls les anticommunistes - et les trotskystes ! - utilisent le terme "Pacte Staline-Hitler". [5] Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Ligne_Curzon [6] Pour les preuves, voir "Réponse aux critiques de deux de mes livres par Jean-Jacques Marie dans Historical Materialism" , cité ci-dessus. [7] https://fr.wikipedia.org/wiki/Clausula_rebus_sic_stantibus [8] Pour les déclarations de TASS, voir http://hrono.ru/dokum/193_dok/19381127tass.html [9]  Dans un discours au Soviet suprême, le 31 octobre 1939, bien que JJM ne nous le dise pas. [10] Voir la lettre de Chicherin, commissaire du peuple aux affaires étrangères, au représentant polonais Filipovich du 9 septembre 1921. Dokumenty vneshnei politiki SSSR. T. 4 (Moscou, 1960), p. 319. [11] Franz Halder, Kriegstagebuch (Stuttgart : Kohlhammer, 1962) I, 72. [12] https://msuweb.montclair.edu/~furrg/research/mlg09/did_ussr_invade_poland.html [13] https://mltoday.com/stalin-did-not-deport-german-communists-to-hitler/ [14] Talvisota Kronikka (1989), 46 : "Le Premier ministre Ryti propose que Trotsky soit invité en Finlande pour former un gouvernement pour l'Union soviétique." Voir aussi p. 185. [15] L'article de Firsov est en ligne ici : - http://zhistory.org.ua/nnh926ak.htm La citation correcte est Novaia i Noveishaka Istoriia 1992, 6, 11 - 35. [16]  "Deux messages soviétiques au CPUSA en 1939." Sur https://msuweb.montclair.edu/~furrg/research/2_soviet_messages_1939.html [17] J'ai étudié les mensonges contenus dans le célèbre " Discours secret " de Khrouchtchev au XXème Congrès du Parti dans Khrushchev Lied. Kettering, OH : Erythrós Press & Media, 2011. Traduction française : Khrouchtchev a menti. Paris : Eds Delga, 2014. [18] Mes études sur Trotsky, ses mensonges et ses conspirations, sont contenues dans les livres suivants :  Les 'Amalgames' de Trotsky; La Collaboration de Léon Trotsky avec l'Allemagne et le Japon : Les conspirations de Trotsky des années 1930, volume 2. Kettering, OH : Erythrós Press & Media, LLC, 2017 (en anglais) ; New Evidence of Trotsky's Conspiracy. Kettering, OH : Erythrós Press & Media, LLC, 2020 ; Trotsky and the Military Conspiracy. Soviet and Non-Soviet Evidence with the Complete Transcript of the “Tukhachevsky Affair” Trial . Kettering, OH : Erythrós Press and Media, LLC, 2021 (avec Vladimir L. Bobrov et Sven-Eric Holmström).